Culture

Vendredi 5 avril, arrivée en gare de Bordeaux St-Jean par le TVG en provenance de Paris de l’écrivaine Suzanne Dracius, invitée à la 11ème édition de l’Escale du Livre, qui participe le lendemain à la conférence sur Césaire. Au programme de ce festival littéraire, le plus important de la région Aquitaine grâce à l’appui sans faille de son principal bailleur de fonds, la ville de Bordeaux.

Son député-maire Alain Juppé, venu en avance sur l’horaire du début de l’inauguration officielle du salon, se balade entre stands de libraires bordelais et éditeurs de la région, va à la rencontre des personnalités du monde littéraire, s’arrête et discute, par exemple avec l’écrivaine martiniquaise Suzanne Dracius à qui il souhaite la bienvenue dans sa « bonne ville ».

Depuis 1993, D’ de Kabal est une figure particulière du rap français, il a co-fondé le groupe Kabal, qui grossit le rang des groupes comme Assassin, on peut alors parler d’un rap politique social, que l’on surnomme le « rap conscient ». Ses rencontres lui ont permis de vivre des aventures exceptionnelles dans le milieu du rap français et anglophone. Puis ce fut les expériences théâtrales qui lui permettent d’aiguiser sa passion pour le verbe et le geste. D’ de Kabal a à son actif de nombreuses créations de spectacles de théâtres, de performances, de projets musicaux et d’ateliers au sein de sa compagnie Riposte dans laquelle il évolue dans le son et le sens.


Maudite éducation
Gary Victor
(Philippe Rey, 286 pages)

Au cours des années 70 en Haïti, Carl Vausier, un jeune adolescent aventureux, répondant à l’appel de la nature, décide, en dépit de la rigidité paternelle, de se laisser aller sans entraves, à la découverte des plaisirs infinis de la sexualité. Seulement ce nouveau continent ne s’explore pas sans précaution. Dans la demeure familiale, la curiosité goguenarde de son petit frère n’étant pas le moindre des freins, cela s’avère un temps impossible, jusqu’à ce qu’il ait la bonne idée de se réfugier  dans Le sanctuaire : la bibliothèque de son père, lieu le plus sûr de la maison… Un jardin des délices propice aux rêves activés à mains nues, propre à tous les sabbats voluptueux, aux heures choisies, complices et silencieuses… Des voyages dont il s’assure tôt de mieux mesurer les effets, en se lançant à la découverte des bas-fonds de Port-au-Prince, où des prostituées épanchent certes sa soif de félicité charnelle, mais surtout enflamment son imagination en lui racontant leurs vies édifiantes de femmes perdues. Des éclopées de l’Histoire, victimes de l’absolue cruauté du genre humain dont le « commerce » le laisse jour après jour différent. Un peu de lucidité dans les humeurs chaudes de ses étreintes nocturnes, dirait-il bien des années après…

1948. Lorsqu’il naît en Martinique, un siècle après l’abolition de l’esclavage, en cette année charnière si importante dans l’histoire de l’île – souvenez-vous des événements du 16 mars au Carbet,  ou de l’affaire dite des « 16 de Basse-Pointe »  du 6 septembre 1948(2)  - Jean-Claude Duverger ne sait pas encore qu’il donnera à sa vie un cours d’état d’urgence placé sous le signe de l’altérité. Et au vrai depuis, c’est au service des autres, qu’il a voué son existence. Conteur, ce maître de la parole exigeant, qui excelle en son art, est aussi devenu au fil des ans un comédien très populaire. Plébiscité sur les planches, il tient nombre de rôles remarqués au théâtre, mais aussi au cinéma où il se voit confier des rôles phares, notamment dans « Siméon »  d’Euzhan Palcy ou dans « Nord Plage » de José Hayot, d’après un scénario de Patrick Chamoiseau(3).  Ce métier de comédien, il l’exerce durant des décennies, tout en continuant à prodiguer ses contes d’îles en îles, dans toute la Caraïbe. Auteur de ces contes dits « sociaux », cet homme aux vies multiples qu’il incarne si bien lors de ses représentations, est devenu  depuis deux ans en toute logique, conseiller régional, après avoir commencé par être conseiller municipal. Une manière d’aller au bout de ses idéaux, tout en demeurant fidèle à sa vocation première et à ses aspirations d’artiste.

Au moment même de l’ouverture de la grande messe littéraire, se déroulait à Dakar, sur la Terre Africaine chère à son cœur, fief de son grand ami et allié Léopold Sédar Senghor, un colloque organisé par la Francophonie et honorant le grand poète Martiniquais. Aimé Césaire était mis à l’honneur  au 32ème Salon du Livre de la Porte de Versailles et la veille, le 22 mars à 14h30 un train avec son effigie arrivait à la Gare Saint-Lazare marquant ainsi son arrivée à Paris il y a 82 ans…

Au Stand de la Région de la Martinique comme au Stand Outre-Mer, on pouvait entendre des textes de Césaire. D’un côté il y avait la comédienne Mylène Wagram, témoin du théâtre noir, et de l’autre plusieurs intervenants comme la comédienne Viktor Lazlo, l’écrivain Suzanne Dracius et le metteur en scène Jean-René Lemoine, et de nombreux autres pour lire des extraits des ouvrages de l’écrivain disparu en 2008. Mais le Salon du Livre, section Outre-Mer a fait la part d’elle à ses littéraires moins connus.

Mes Météores
Combats politiques au long cours
Christiane Taubira
(Flammarion, 553 pages)

Une foule dense d’admirateurs et d’admiratrices se pressait le 24 mars sur le stand Flammarion du Salon du Livre de Paris, attendant de pouvoir faire dédicacer leurs exemplaires du dernier ouvrage de Christiane Taubira, l’actuelle Garde des Sceaux dont la notoriété est au zénith, depuis sa campagne courageuse en faveur du « mariage pour tous ». Un livre de mémoires, publié avant que ne lui soit proposé le portefeuille de ce ministère, en passe de devenir un phénomène de librairie. Retour sur une trajectoire exemplaire…
… Rien ne prédestinait la petite Christiane, née en 1952 à Cayenne et issue d’une famille modeste, à devenir l’une des rares femmes à se présenter à une élection présidentielle.
Elle nous révèle pourtant, dans une langue inventive, d’une richesse lexicale peu commune, de quelle manière son éducation politique s’est forgée au feu de l’adversité ; nous explique les aspirations qui furent les siennes, nous raconte son irrésistible ascension dans le paysage local, son accession, —au départ presque malgré elle, à la députation ; puis l’expérience accumulée au cours de ses différents mandats nationaux et européens.
Elle ne nous cache ni les défaites, ni les victoires et l’on mesure ce que lui a coûté son engagement sur le plan personnel : une certaine solitude parfois, un divorce, quelques tenaces douleurs physiques, le sentiment aigu du temps qui passe sans avoir accompli tout ce que l’on s’était promis… 

Le 33e Salon du livre de Paris a accueilli, de vendredi à lundi, plus de 200 000 visiteurs, soit une augmentation de près de 3% de sa fréquentation, ont annoncé ses organisateurs. Avec 45 pays représentés, 3 000 auteurs venus du monde entier, dont les délégations roumaines et barcelonaises invitées d'honneur, l'édition 2013 a été plus internationale que jamais. Sur le stand des littératures ultramarines intitulé « Outre-mer terres de cultures », ont défilé la part la plus importante du monde littéraire, du cinéma et des médias ultramarins présente à Paris ou venue de leurs régions respectives, parmi lesquels une pléiade d’auteurs et comédiens de renom pour animer la rencontre du samedi 23 mars autour du Centenaire d’Aimé Césaire : Daniel Maximin, Suzanne Dracius, Viktor Lazlo ou encore Alain Mabanckou ont rendu hommage au père de la Négritude, par des variations césairiennes, entre lectures d’extraits et échanges, portant au nombreux public présent des écrits connus redécouverts avec plaisir.

Il y a un mois, nous vous parlions de la ville de Rochefort, qui depuis 2007 était devenue plus que l’ambassade du Pacifique en France, mais le centre de la culture océanienne sur le vieux continent. En effet depuis sept ans, se tient à Rochefort, le Festival de Cinéma Rochefort Pacifique, un évènement unique en son genre. Cette manifestation a réussi à s’affirmer dans le paysage hexagonal, Outre-mer et bien au-delà des rives de la Charente : dans le Pacifique !

Héritière de Alfred Parépou* ou de Léon Gontran Damas*, non  par le style mais simplement par le choix de conquérir le monde littéraire et de dire sur nos mémoires collectives. Non il n’est pas si aisé d’écrire sa flamme en littérature. Et Françoise Loe-mie, écrivain d’origine guyanaise a choisi le livre pour parler de sa Guyane, de ce que peut-être des destinées. (…)

Le film et sa bande annonce « Des Abeilles et des hommes ».

Le film de Markus Imhoof, réalisateur suisse, est sorti le 20 février 2013. Echappant aux circuits des documentaires pour initiés, ce film a eu la chance d'être diffusé par les grands circuits commerciaux.

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher