Environnement

Ouragans, tsunamis, éruptions volcaniques, oubliez tout ce que vous pensiez savoir. Lors d’un débat citoyen à la salle Tarer de Pointe-à-Pitre, coorganisé par le LION’S Club et l’Office de l’Eau le 14 juin dernier, plusieurs experts étaient présents pour parler de la prévention des risques naturels et la résilience des populations. Un expert a fortement retenu l’attention du public, Christian Anténor Habazac, l’ancien responsable de l’observatoire sismologique et volcanologique de Guadeloupe.

jeudi, 19 avril 2018 15:53

Willy Bissainte : C La Guadeloupe

Le Guadeloupéen va participer à sa 3ème Route du Rhum et cette fois-ci, « c’est pour la gagner » a-t-il affirmé. Après une très belle sixième place en 2014, Willy Bissainte revient 4 ans après avec la conviction de remporter la prestigieuse course entre Saint-Malo (Ile-et-Villaine) et Pointe-à-Pitre. Une aventure qu’il va mener en partenariat avec le Conseil Départemental.

Nouvelle catégorie, nouveau bateau.  Le Pointois a revu ses ambitions à la hausse avec l’aide de partenaires solides comme le Conseil Départemental. Après 2010 en classe 40, et 2014 en classe Rhum, le skipper de 47 ans s’engage cette année en classe 50 où l’attendent une cinquantaine de concurrents. Willy Bissainte est confiant. D’ailleurs, il n’hésite pas à rappeler qu’il a été « le premier des 122 skippers à être qualifié pour cette transat grand large ». Certes, la Route du Rhum est un parcours du combattant mais au bout de deux participations le Guadeloupéen a bien cerné les aspérités d’une très longue préparation. Aussi, a-t-il démarré son entraînement dès 2015. L’achat d’un bateau performant (taillé pour le Vendée-Globe) en novembre 2017 est venu asseoir ses ambitions de classement.

Démarche écologique

Willy Bissainte est un homme responsable, éco-responsable même. Ce destrier qui lui permettra de galoper sur les vagues de l’Atlantique, fonctionne grâce à un hydro-générateur, aux panneaux solaires et au vent, bien entendu.

« Un nouveau souffle »

Trépignant d’impatience, c’est un Willy Bissainte souriant et loquace qui s’est présenté face à la presse sur les quais de Marina. Comme un symbole, son bateau est stationné à l’endroit exacte de l’arrivée de la première route du Rhum en 1978. Le poulain du Département, non sans fierté, ne s’est pas privé de le rappeler.  « C’est la première fois que le département est partenaire d’un bateau de la Route du Rhum » lance Josette Borel-Lincertin. Sur le même ton, le skipper a rappelé que ce partenariat avec la collectivité de Guadeloupe est un « nouveau souffle ». Le rendez-vous est pris le 4 novembre à Saint-Malo.

Le colloque de la 26ème Fête du Crabe s’est déroulé les 22 et 23 mars derniers sur le site de Duval à Petit-Canal. Son thème « Le développement touristique durable en territoire », a permis la réunion de tous les acteurs du Nord Grande-Terre, publics et privés, le temps d’une journée afin de débattre et trouver les solutions pour les collectivités locales. Alors que la Guadeloupe s’impose comme une destination touristique privée, elle se doit de proposer un tourisme différent et respectueux des ressources naturelles de l’archipel.

Le colloque s’est décomposé en plusieurs ateliers ayant pour objectif de créer une synergie autour du développement touristique de la région.

Présent comme intervenant à l’atelier « Ecotourisme, une nouvelle perspective de développement touristique pour les territoires ruraux », Willy Rosier, Directeur du Comité du Tourisme des Îles de Guadeloupe (CTIG), pour qui il est impératif de mettre en avant le caractère unique des territoires guadeloupéens pour lutter contre la concurrence mondiale.

DSC 0647

« Mettre en avant qui l’on est », vaste projet. A en croire Raymond Otto, anthropologue et animateur de l’atelier, « l’humain, pierre angulaire d’un développement touristique durable », il faut d’abord s’interroger sur l’identité d’un territoire, sur l’imaginaire collectif de ses habitants avant de réfléchir développement touristique.

DSC 0639

Autre piste de réflexion, le partenariat public-privé comme moteur d’un territoire. Vincent Derussy, chargé d’opérations à la SEMSAMAR, le conçoit comme prépondérant pour le développement touristique.

DSC 0652

Autre facteur important de cette coopération territoriale, l’implication du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT). Selon Patrick Grave, Directeur de développement économique de la CANGT, c’est une chance d’impliquer l’agent territorial dans le processus de développement du Nord Grande-Terre.

DSC 0653

Le 21 février 2018, la Ministre de la Santé Agnès Buzyn était auditionnée par la commission aux Outre-mer de l’Assemblée Nationale sur la problématique de la contamination au chlordécone. Les députés de la Guadeloupe, de la Martinique et même d’ailleurs ont eu la possibilité de questionner la ministre sur les mesures prises par le gouvernement en matière de lutte contre la contamination au chlordécone. À noter que les députés antillais sortaient, le matin, d'une réunion avec la Ministre de la Santé (réunion qui regroupait également la Ministre de l’Outre-mer et le Ministre de l’Agriculture).

mercredi, 31 janvier 2018 18:46

Chlordécone : faire bouger les choses

« En hommage aux victimes passées, actuelles et futures de la chlordécone ». Voici le sous-texte de la pétition Je suis chlordéconé-e lancée le 13 janvier 2017 en Martinique par deux étudiants en agriculture afin d’alerter la population et les pouvoirs publics sur le danger que représente cet insecticide. Depuis les choses semblent bouger quelque peu.

Suite aux vives polémiques suscitées après les déclarations de Madame Pau-Langevin à propos des algues sargassses, celle-ci fait des propositions significatives pour répondre à l’urgence de pollution avérée sur toutes les plages de la Guadeloupe et de la Martinique baignées par l’océan Atlantique…

Le Parlement a adopté la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte qui porte de belles ambitions pour les énergies renouvelables.

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Association des maires de Guadeloupe (AMG), qui s'est déroulée le 20 juin à Lamentin, en Guadeloupe, un protocole de mobilisation et de solidarité face aux arrivées massives d’algues sargasses sur le littoral guadeloupéen a été signé par le préfet de région, le président du conseil régional, la présidente du conseil départemental, les présidents des intercommunalités de l’archipel, ainsi que le président de l’AMG et le président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

Grâce à une caméra à haute performance (dite Crittercam-pro), conçue par un ingénieur américain pour être embarquée sur le dos d'animaux marins, une mission d'étude sur le mode de vie des cachalots dans les grandes profondeurs vient d'être effectuée dans les eaux de la Guadeloupe.

Jusqu'au 30 juin, une équipe du Muséum national d'Histoire naturelle explore nos écosystèmes marins. C'est le Karudeep...

Page 1 sur 7

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Sargasses Express Tour

Publié le: juin 14, 2018

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher