Culture

Evènements

Evènements (73)

OLM ÉVÈNEMENTS

Dans le cadre des Assises des Outre-mer, un vote permettra d'élire les projets innovants pour les territoires. Ce sont au total 837 projets qui ont été déposés et depuis le 30 mai dernier, 36 ont été sélectionnés. Il ne doit qu'en rester 12. Les votes se termineront le 13 juin à 23h59, heure de Paris. Outremerlemag fait le tour d'horizons de quelques projets.

 

Guyane : Quand le verre devient sable.

L’objectif est de collecter le verre, le broyer, le transformer en sable puis le valoriser sur le territoire dans différents domaines. L’idée est venue à Mathieu Troubé en octobre 2016, « Je me baladais avec ma chienne le long du Maroni et elle s’est blessée la patte sur un morceaux de verre. Ça été le déclic, j’en ai eu marre de voir tout ce verre qui traîne partout. » Ce professeur des écoles a effectué un véritable travail de fourmi en recherchant de manière autodidacte les procédés de transformation. « Le projet n’est pas nouveau, » concède Mathieu Troubé « mais il se veut réalisable sur l’échelle du territoire alors que les autres n’ont jamais abouti. Et à terme cela permettrait de pouvoir produire du béton. »

Guadeloupe : La création d’une auto-école sociale et solidaire.

Ce projet est déjà plébiscité sur le territoire. L’objectif est de permettre aux populations en précarité d’être un peu plus autonomes. L’idée est venue de Sabine Lautric, qui porte le projet depuis 8 mois. « Pour moi ça été une belle grosse surprise d’être dans les 36 sélectionnés, même si je sais la qualité de mon projet. » affirme la Guadeloupéenne.  « Mais ce n’est pas seulement une auto-école à moindre coût, c’est un véritable projet social, visant l’accompagnement de personnes en grande difficulté tant économique que sociale. Il y aura une véritable prise en charge en fonction de leurs besoins et ainsi ils bénéficieront d’un enseignement adapté. » détaille Sabine Lautric. Dans un premier temps, le projet d’auto-école sociale et solidaire sera implanté dans le Nord Grande-Terre, mais à terme l’objectif sera de l’étendre à tout le territoire guadeloupéen. « C’est un projet conçu pour le peuple donc il est important de s’en saisir, » conclut la trentenaire.

La Réunion : Des clowns à l’hôpital pour nos marmailles

Le projet est porté par l’association Eclats d’île en activité depuis 2003. Deux fois par semaine, il offre à des enfants hospitalisés de recevoir la visite d’un clown. « Nous effectuons des prestations dans les deux CHU de l’île, cependant nous ne pouvons pas, à l’heure actuelle, couvrir tout le service pédiatrie de ces deux établissements, » regrette Natacha Roy, chargé de projets à Eclats d’île. « Nos deux clowns se rendent dans chaque chambre et font un spectacle individuel » poursuit la jeune femme qui annonce « la nécessité de pouvoir ajouter une 3ème journée à notre activité car les clowns n’ont pas le temps d’aller à la rencontre de tous les enfants. »

Martinique : Mi Bel Madam/ L’art dans la ville

Il s’agit d’un projet artistique, collaboratif et territorial de réhabilitation des berges du canal Levassor, avec la réalisation d’une fresque artistique et paysagère de 600 mètres. Imaginé par la Maison d’Artistes/Un Oeuf,  ce projet a été monté dans le but de revaloriser le centre-ville de Fort-de-France et de mettre en avant la richesse artistique martiniquaise. L’objectif est double, valoriser artistiquement les berges du canal mais aussi de mettre en valeur la création d’art martiniquaise.

Mayotte : Uzuri wa dzia, coopérative laitière

Regroupés autour d'un objectif commun, sept éleveurs Mahorais ont pour projet de mettre en place une laiterie collective à Mayotte. La population est en demande de lait local que les grandes surfaces ne leur offrent pas pour le moment.

Nouvelle-Calédonie : Cyber-tribu

Ce projet veut connecter la jeunesse de l’île de Lifou, au large de la Grande-Terre. Œuvrant depuis 1999 en ce sens, l’association AJI espère pouvoir consolider et pérenniser la lutte contre la fracture numérique des habitants des îles de la loyauté

Polynésie Française : Ecole bilingue pour les étudiants des archipels lointains.

L'École Bilingue espère, avec son initiative, donner une chance aux enfants des 118 archipels d’étudier dans de meilleures conditions. Dans un territoire grand comme l’Europe, seules deux îles sont équipées de lycées quand certaines n’ont même pas de collèges. Et certains enfants quittent le domicile de leurs parents dès l'âge de 10 ans pour se rendre sur un archipel qui possede un collège. 

Wallis et Futuna : développer la pratique du va’a

Le Va’a est le sport traditionnel de toute la Polynésie. Les îles de Wallis et de Futuna n’échappent pas à cette pratique intergénérationnelle. Cependant, le territoire ne dispose seulement que de trois pirogues pour 150 rameurs. Ce projet est pensé comme une tentative de sauvegarde et de transmission du patrimoine culturel de l’archipel.  

Saint-Pierre et Miquelon : une coopérative maritime

L’histoire de cet archipel est liée à la pêche. Mais depuis l’effondrement des réserves de poissons nécessaires à la fabrication de morue et la zone de pêche autorisée considérablement réduite au profit du Canada voisin, une coopérative maritime à Saint-Pierre et Miquelon permettrait de créer une véritable filière de pêche artisanale.

.

 Pour consulter les autres projets des Assises des Outre-mer, cliquez-ici.

jeudi, 07 juin 2018 13:32

Let's go Willy !

Écrit par

Willy Bissainte est en route pour Lorient. Le skipper a fait son au revoir à la Guadeloupe le matin du 6 juin, devant un parterre d’enfants venus de collèges des 4 coins de l’archipel. Josette Borel-Lincertin, la Présidente du Conseil Départemental, principal partenaire du skipper,  était aussi présente sur le ponton de la Marina de Pointe à Pitre.

Une bonne soixantaine d’écoliers avait rendez-vous avec Willy Bissainte, quelques minutes avant son départ. Issus de plusieurs collèges de la région, les enfants ont eu l’opportunité de poser leurs questions au skipper qui va participer à sa 3ème Route du Rhum. Comment vit-il ses traversées?  Que mange-t-il ? D’où lui vient cette passion de la voile ? Des parfois questions intimes, mais aussi plus techniques.

 Bissaint 1

Willy Bissainte s’est prêté au jeu avec plaisir. Tel un conteur, le navigateur raconte ses exploits et son quotidien. Pour lui, la rencontre avec les collégiens, juste avant son départ, est source d’une belle énergie.

Bien entendu présente, Josette Borel-Lincertin a déclaré avec l’emphase qui la caractérise « Le conseil départemental se doit d’être au côté de Willy. Comme les enfants, nous avons eu les yeux écarquillés devant son discours et je voudrais que nous soyons nombreux à accueillir, ici même, un Willy Bissainte vainqueur. »

Le skipper de Baie-Mahault désormais paré pour se rendre à Lorient où, là-bas, il peaufinera son bateau et sa préparation de course. Il a profité des micros tendus pour donner quelques renseignements sur l’objectif de cette traversée en direction des côtes bretonnes. Il espère y arriver en 17 jours.

BIssaint 2

Côté finances, la traversée est, elle, nettement moins tranquille. En effet, malgré les 100 000 euros de subventions financés par le Conseil Départemental, Willy Bissainte a lancé une campagne de crowdfunding pour boucler sa participation à la 11ème Route du Rhum.

Avant d’embarquer dans son monocoque de 50 pieds, répondant au nom de C la Guadeloupe, Willy Bissainte a promis à ses jeunes supporters qu’il donnera des nouvelles par mail chaque jour pour « vous dire si tout va bien. »

Bissainte 3

mercredi, 30 mai 2018 16:17

Route du Rhum 2018 : Destination Guadeloupe !

Écrit par

Principale actrice de la Route du Rhum, la Région Guadeloupe a présenté les skippers participants à la prochaine édition de la transat la plus célèbre du monde. La cérémonie a eu lieu en grande pompe, le mercredi 23 mai au restaurant du Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre. L’occasion pour Ary Chalus, d’encourager 5 des 8 participants guadeloupéens soutenus par la Région. Présentation des concurrents.

C’est véritablement un parcours du combattant de déambuler dans les allées du Hall des Tropiques, de plus, le dernier jour !

Jeudi 10 et vendredi 11 mai 2018, la Région Guadeloupe présente la 1ère édition du Colloque "Sports en Guadeloupe", sous le haut patronage de Mr Guy Roux, ancien entraîneur de Football de l’AJ Auxerre et au RC Lens.
Le Colloque Sport en Guadeloupe rassemblera l'ensemble de l'écosystème du sport de l’archipel, autour de sujets concernant les pratiques du Sport en Guadeloupe.

Valérie Denux a très vite compris où elle mettait les pieds. Nommée le 7 mars 2018 par le Président de la République, elle a commencé son exercice le 15 mars. Au vu de la situation chaotique qui touche l’offre hospitalière en Guadeloupe (après l’incendie du CHU du 28 novembre 2017), Valérie Denux a commencé son travail en rencontrant la direction de l’hôpital. Son agenda annonçait ensuite la rencontre de deux responsables du comité de défense du CHU et ensuite la rencontre avec les médias. Force est de constater que la directrice imaginait tenir son agenda.

Premier hic, ce ne sont pas que Mona Hedreville et Gaby Clavier, les deux représentants du collectif de défense du CHU qui se sont présentés devant la directrice de l’ARS mais, au bas mot, une soixantaine de personnes travaillant au CHU : médecins, urgentistes, aides-soignants compris. Pas assez de chaises pour tout le monde. L’ancienne médecin en chef des armées se retrouve dans une petite salle avec face à elle, un personnel hospitalier à bout.

Deuxième hic, Valérie Denux annonce, avant même d’avoir énoncé son plan de travail, qu’elle n’a qu’un quart d’heure pour entendre le collectif. Elle développe ensuite l’action qu’elle compte mener en tant que nouvelle directrice de l’ARS et écoute ensuite successivement Gaby Clavier et Mona Hedreville qui lui résument la situation et leur volonté de délocaliser complètement le CHU. Ce à quoi,Valerie Denux redit encore une fois qu’elle juge l’opération trop dangereuse. Une fois le quart d’heure dédié à la rencontre avec les professionnels écoulé, Valérie Denux pense pouvoir se retirer pour une conférence de presse. Nenni, dira le personnel du CHU qui veut continuer de questionner la directrice sur la situation. Valérie Denux n’écoute pas, elle se lève et d’un air désolé annonce « qu’elle les rencontrera ultérieurement. » Ce n’est pas du goût de l’assemblée. Le ton monte.

 Yo bout

Après 5 minutes de flottement houleux entre les différentes parties, la directrice choisit finalement de rester et d’écouter afin de calmer les esprits. Pour que la réunion continue dans le calme et la détermination, Gaby Clavier s’exprime en ces termes :

 

Durant plus d’une heure, la parole tourne, les témoignages qui relatent le vécu des trois derniers mois sont emplis de colère. Selon eux « rien n’a été fait » et ils « gèrent tous seuls l’animation du CHU depuis l’incendie ».

 

L’historique de la situation a été parfaitement décrite par un urgentiste.

 

Interpellée sur les propos de la ministre de santé sur le principe de « nettoyage par tranches », la directrice annonce que les opérations commenceront par la tour Nord. Dans la foulée, une femme lui expose de façon médicale sa façon de penser.

 

Sentant la directrice de l’ARS ne changeant pas de discours, Mona Hedreville lui fait savoir qu’elle vient d’arriver dans un archipel avec son histoire et son infrastructure.

 

Débuté à 11h 30, la rencontre s’est achevée aux alentours de 13h avec une prise de rendez-vous le jeudi 22 mars avec l’ensemble du personnel afin de discuter au mieux des mesures à prendre. « Jeudi prochain j’aurai rencontré les experts et j’aurai une vision globale de la situation » a annoncé la nouvelle directrice de l’ARS Guadeloupe.

Trois mois après l’incendie qui a ravagé la tour sud du CHU de Pointe-à-Pitre, la direction a choisi de tenir une conférence de presse afin de faire le point sur la situation et ainsi mettre fin à ce qu’ils estiment être des rumeurs.

samedi, 30 mai 2015 11:51

Le 3ème Salon régional de l’artisanat

Écrit par

Le 3e Salon régional de l’artisanat se déroule au CWTC du Jarry, en Guadeloupe. Depuis jeudi et jusqu'à ce samedi, les artisans guadeloupéens se dévoilent et exposent leur talent.

jeudi, 20 novembre 2014 08:11

Le Festival « BANLIEUES TROPICALES » 2014

Écrit par

DEUX DATES IMPORTANTES A RETENIR :
-LE 22 NOVEMBRE AU CABARET SAUVAGE A 19H :
Un trio de choc : Victor O, E Sy Kennenga et Dominik Coco
-LE 23 NOVEMBRE AU BATACLAN A 17H :
« LES TALENTS DE GUADELOUPE »

samedi, 15 novembre 2014 10:18

L’Artchipel accueille Songe d’une autre nuit

Écrit par

Ce samedi à 20 heures, sur la scène de L'Artchipel, à Basse-Terre, les élèves comédiens du Théâtre école de Kokolampoe interprètent l'adaptation d'une pièce de Shakespeare.

Page 1 sur 6

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Sargasses Express Tour

Publié le: juin 14, 2018

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'