Société

Leur passion, c’est de chanter. Ils le font pour s’amuser, mais pas seulement. Les choristes du Blue Melody School savent aussi mettre leurs voix au service des bonnes causes, en Guadeloupe, dans la Caraïbe voire plus loin. C’est ce qu’ils font depuis la semaine dernière, sous la direction de leur leader Kirky’Peg, alias Peguy Nanette, dans le cadre de l’opération « Un sourire à Noël ».

Comme dans beaucoup de villes dans le monde, en Guadeloupe les militants écologistes se sont mobilisés contre le réchauffement climatique. Si la participation n'a pas été très nombreuse, la motivation a parue évidente. Les manifestants ont marché en direction de la plage du bourg de Sainte-Anne, déjà confrontée aux effets du réchauffement cilmatique. 

Voilà maintenant 7 ans que le département ingénierie de l’université des Antilles prépare en trois ans des ingénieurs en systèmes énergétiques et en génie de l’environnement matériaux. Jeudi, à l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes de la troisième promotion et de la rentrée solennelle des nouveaux étudiants de 2018, il est apparu nécessaire aux intervenants de faire le bilan de ce cursus et d’expliquer la nécessité de transformer cette filière en une authentique école d’ingénieur.

Une nouvelle semaine commence, ce lundi, à La Réunion. Et elle devrait être bien différente des deux dernières avec le retour des enfants à l’école, le réapprovisionnement des commerces et surtout l’arrêt des barrages routiers. Cependant, des actions sont maintenues devant les établissements du service public : préfecture, conseil régional, mairies, centres des impôts, etc.

Une rencontre réunissant l’ensemble des associations et comités de défense des usagers de l’eau de la Guadeloupe, a permis au Défenseur des droits, Jacques Toubon, de s’imprégner des difficultés rencontrées par une partie de la population, en matière d'eau et d'assainissement. C’était mercredi après-midi au palais du conseil départemental, à Basse-Terre. Changer le système et faire appliquer le droit semblent être les seules portes de sortie à la crise de l’eau dans l’archipel.

Témoins privilégiés de la manifestation populaire destinée à protester contre la hausse des taxes sur le gasoil et la baisse du pouvoir d’achat, Gilles et John, militants de la première heure, se retrouvent face à un dilemme. Doivent-ils se montrer plus déterminés que jamais ou tout simplement ranger leur chasuble de sécurité jaune fluo, après l’allocution du président Emmanuel Macron, ce mardi, à l’Élysée, sur sa politique de transition écologique, et avant l’arrivée de la ministre de l’Outre-Mer, Annick Girardin, à La Réunion ?

Le plan pluriannuel d’investissement 2019-2024 de l’Office de l’eau Guadeloupe a été présenté aux membres du Comité de l’eau et de la biodiversité. Le traitement des eaux usées et l’amélioration des compétences des agents de terrain et des élus sont les priorités pour les six années à venir.

Depuis sept jours, des Réunionnais participent activement au mouvement national des Gilets jaunes pour crier leur colère envers la situation sociale et fiscale de leur île. Cette vague populaire de contestation a provoqué des violences urbaines qui ont incité les autorités locales à instaurer, mardi, le couvre-feu pendant trois jours. Ce dispositif, qui n'a pas suffi à calmer complètement les manifestants, vient d'être renouvelé jusqu'à dimanche, par le préfet de la Réunion, Amaury de Saint-Quentin. Une semaine après le début de la mobilisation, difficile de trouver une porte de sortie à ce conflit. L’État n’entend pas céder à la rue. Pendant ce temps les ressources commencent à s’épuiser.

Le vendredi 18 mai au carrefour Beausoleil des Abymes a eu lieu le lancement des travaux de renouvellement de 17 km de réseau d’eau potable dans les Grands-Fonds Abymes. C’est une étape supplémentaire qui est franchie depuis le transfert du service d’eau potable des Grands-Fonds à Cap Excellence, et la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour renforcement et renouvellement de 17 km de réseau, décidé plus tôt par le Conseil Communautaire.

Cette opération est une des priorités du programme de travaux du plan d’urgence d’eau potable. Cela permettra de réduire les fuites et de gagner 530 000 mètres cube par an. « Une grande partie des réseaux d’eau potable des Grands-Fonds restent fuyards, le rendement de réseaux atteint à peine 50% : ce qui signifie que la moitié du volume d’eau acheté n’arrive pas au robinet des abonnés. L’absence de stockage n’offre aucune autonomie en cas d’intervention » détaille Eric Jalton, le Président de Cap'Excellence. Au total, ce sont 1200 clients qui sont concernés par ces travaux qui vont durer 11 mois.

Avec ces travaux, il y aura donc un impact attendu sur les tours d’eau qui doivent disparaître « d’ici 2020 » selon le Maire des Abymes. Ce dernier va même jusqu’à annoncer « qu’il n’y aura plus de polémiques sur l’eau à l’avenir, et nous en aurons pour 7 ans de travaux dont deux programmées dans le plan d’urgence de 71 millions d’euros. » Le Président de Cap Excellence, Eric Jalton, s’est montré très enthousiaste à propos des travaux prévus l’an prochain et qui devrait sonner la fin du plan d’urgence. Les chantiers sont denses. Ils comprennent le maillage du réservoir de Perrin et du réservoir de Boisvin, la mise en place d’un réservoir dans les Grands Fonds Abymes et la poursuite du réseau d’eau potable de Baie-Mahault. Un programme qui lui a permis de conclure : « Nous sommes dans l’action, dans le faire. »

Toutefois, ces 17 km de réseau à rénover représentent le plus gros chantier du plan d’urgence de 71 millions d’euros actés par les présidents d’EPCI en février dernier. Concernant le territoire de Cap Excellence, d’autres chantiers de ce plan d’urgence sont déjà en cours tels que la réhabilitation du réservoir de Budan à Baie-Mahault. Engagé sur tous les chantiers de l’eau, l’Office de l’Eau était présent au carrefour de Beausoleil. Rattaché au Département, il offre son expertise technique sur ce type de travaux. Par ailleurs, comme l’a rappelé Marcel Sigiscar, le président délégué de l’Office de l’Eau , « notre objectif est de rétablir la confiance entre l’usager et les élus en charge de la problématique de l’eau. »

Ancien champion de danse hip-hop, chorégraphe de France Gall et proche de Christiane Taubira, Steevy Gustave est dans la politique depuis bientôt 20 ans. Elu maire-adjoint à Bretigny-sur-Orge en 2008, le natif du Val d'Orge a passé un nouveau cap le 16 février dernier en étant élu conseiller communautaire à Cœur Essonne. Atypique, le Martiniquais entend bien continuer son combat contre le communautarisme. Interview.

Page 1 sur 12

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher