Jeudi 10 et vendredi 11 mai 2018, la Région Guadeloupe présente la 1ère édition du Colloque "Sports en Guadeloupe", sous le haut patronage de Mr Guy Roux, ancien entraîneur de Football de l’AJ Auxerre et au RC Lens.
Le Colloque Sport en Guadeloupe rassemblera l'ensemble de l'écosystème du sport de l’archipel, autour de sujets concernant les pratiques du Sport en Guadeloupe.

Cap Excellence passe à la Phase 2 de la rénovation urbaine. Le 24 avril, en présence de Benoît Zeller, directeur adjoint de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU), les élus de l’agglomération ont signé un protocole de préfiguration de l’acte 2 de la rénovation urbaine de Cap’Excellence. Ce protocole permettra de désenclaver des quartiers, rénover des immeubles ou détruire des bâtiments trop insalubres. Concrètement, cela se traduit par la réhabilitation de Vieux-Bourg (Abymes) ou Carénage, le désamiantage des Tours Gabarre ou encore la valorisation du littoral. « Avec le lancement de cet acte 2, nous franchissons une étape de plus dans le développement de l’agglomération » s’est enthousiasmé Jacques Bangou, vice-président de Cap’Excellence à la signature de la convention.

Pointe-à-Pitre, Baie-Mahault, Les Abymes passent la main

La phase 1 de la rénovation urbaine a été menée par les trois communes de l’agglomération, mais à présent c’est Cap’Excellence qui en aura la gouvernance. « Ce Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine (NPNRU) sera l’instrument essentiel de transformation des quartiers de Vieux-bourg, les Lauriers, Chemin neuf, Carénage, Darbousier, Mortenol ou encore grand camp. » se félicite Eric Jalton, président de Cap’Excellence. Avant de poursuivre l’énumération des quartiers qui nécessitent des interventions. Quartier des trois villes membres comme Fond Richer (Baie-Mahault), ou Boiripeaux, Dugazon ou Petit-Pérou (Abymes). « Il s’agit de quartiers qui concentrent encore toutes les causes et manifestations de l’exclusion » constate avec emphase Eric Jalton. Devant cette urgence sociale, la problématique du transport est primordiale. L’accessibilité aux bus notamment permet un plus grand désenclavement des populations qui se situent pourtant dans une très grande zone urbanisée.

Trois axes majeurs de la rénovation urbaine

La vertu de la rénovation urbaine n’est pas seulement immobilière. Elle est le souffle nouveau qui devrait permettre de pallier au dysfonctionnement des quartiers relevant de la politique de la Ville. En ce sens ce NPNRU de Cap’Excellence va permettre de consolider 3 piliers essentiels : la cohésion sociale, le cadre de vie et le développement de l’économie. L’axe « cohésion social » permettra de mettre en œuvre des actions visant le soutien aux familles et au renforcement des liens intergénérationnels ainsi qu’à une plus grande ouverture à la culture et au sport. Mais pour que tout cela soit possible il faut que le cadre de vie soit « agréable ». Ce qui fait dire à Josette Borel-Lincertin présidente du Département, « des conditions de vie décentes, c’est ce qui permet de mieux vivre ». Par conséquent, outre la rénovation du bâti, l’implantation d’espaces verts, la mobilité des habitants  et bien sûr l’implantation de nouvelles activités.Ce qui nous emmène au 3ème axe, le développement économique et de l’emploi. C’est bien entendu un enjeu majeur dans ces trois villes et plus généralement en Guadeloupe. Le cœur de ce protocole de préfiguration est de réduire la disparité entre le quartiers prioritaires et l’ensemble des quartiers de l’agglomération.

Le budget de cette 2ème phase de rénovation urbaine :

ADEME : 555 500 €

ETAT : 1 053 150 M €

CAP’EXCELLENCE : 4 196 069 M €

FEDER : 604 058 €

CONSEIL REGIONAL : 1 844 781 M €

CONSEIL DEPARTEMENTAL : 289 900 €

BAIE-MAHAULT : 207 525 €

ABYMES : 24 025 €

POINTE A PITRE : 1320 958 M €

BAILLEURS SOCIAUX : 10 236 250 M €

AUTRES : 7 718 680 M €

COUT TOTAL : 48 423 739 M €

jeudi, 19 avril 2018 15:53

Willy Bissainte : C La Guadeloupe

Le Guadeloupéen va participer à sa 3ème Route du Rhum et cette fois-ci, « c’est pour la gagner » a-t-il affirmé. Après une très belle sixième place en 2014, Willy Bissainte revient 4 ans après avec la conviction de remporter la prestigieuse course entre Saint-Malo (Ile-et-Villaine) et Pointe-à-Pitre. Une aventure qu’il va mener en partenariat avec le Conseil Départemental.

Nouvelle catégorie, nouveau bateau.  Le Pointois a revu ses ambitions à la hausse avec l’aide de partenaires solides comme le Conseil Départemental. Après 2010 en classe 40, et 2014 en classe Rhum, le skipper de 47 ans s’engage cette année en classe 50 où l’attendent une cinquantaine de concurrents. Willy Bissainte est confiant. D’ailleurs, il n’hésite pas à rappeler qu’il a été « le premier des 122 skippers à être qualifié pour cette transat grand large ». Certes, la Route du Rhum est un parcours du combattant mais au bout de deux participations le Guadeloupéen a bien cerné les aspérités d’une très longue préparation. Aussi, a-t-il démarré son entraînement dès 2015. L’achat d’un bateau performant (taillé pour le Vendée-Globe) en novembre 2017 est venu asseoir ses ambitions de classement.

Démarche écologique

Willy Bissainte est un homme responsable, éco-responsable même. Ce destrier qui lui permettra de galoper sur les vagues de l’Atlantique, fonctionne grâce à un hydro-générateur, aux panneaux solaires et au vent, bien entendu.

« Un nouveau souffle »

Trépignant d’impatience, c’est un Willy Bissainte souriant et loquace qui s’est présenté face à la presse sur les quais de Marina. Comme un symbole, son bateau est stationné à l’endroit exacte de l’arrivée de la première route du Rhum en 1978. Le poulain du Département, non sans fierté, ne s’est pas privé de le rappeler.  « C’est la première fois que le département est partenaire d’un bateau de la Route du Rhum » lance Josette Borel-Lincertin. Sur le même ton, le skipper a rappelé que ce partenariat avec la collectivité de Guadeloupe est un « nouveau souffle ». Le rendez-vous est pris le 4 novembre à Saint-Malo.

La loi de finances pour 2018 a définitivement été adoptée par l’Assemblée Nationale. Comme chaque année, c’est l’occasion pour le Centre de Gestion Agrée de Guadeloupe, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Îles de Guadeloupe ainsi que l’Ordre des Experts-Comptables d’organiser une séance d’information et de débats sur les dispositions de cette loi à l’origine de nouveautés fiscales.

L’Office de l’Eau de Guadeloupe possède désormais une antenne à Pointe-à-Pitre. Un tout nouveau local de 200 m² situé à Lauricisque, inauguré en grande pompe, le 22 mars. De nombreux acteurs de l’eau et personnalités politiques étaient présents. Outre l’inauguration du lieu, 8 conventions ont été signées.

Le colloque de la 26ème Fête du Crabe s’est déroulé les 22 et 23 mars derniers sur le site de Duval à Petit-Canal. Son thème « Le développement touristique durable en territoire », a permis la réunion de tous les acteurs du Nord Grande-Terre, publics et privés, le temps d’une journée afin de débattre et trouver les solutions pour les collectivités locales. Alors que la Guadeloupe s’impose comme une destination touristique privée, elle se doit de proposer un tourisme différent et respectueux des ressources naturelles de l’archipel.

Le colloque s’est décomposé en plusieurs ateliers ayant pour objectif de créer une synergie autour du développement touristique de la région.

Présent comme intervenant à l’atelier « Ecotourisme, une nouvelle perspective de développement touristique pour les territoires ruraux », Willy Rosier, Directeur du Comité du Tourisme des Îles de Guadeloupe (CTIG), pour qui il est impératif de mettre en avant le caractère unique des territoires guadeloupéens pour lutter contre la concurrence mondiale.

DSC 0647

« Mettre en avant qui l’on est », vaste projet. A en croire Raymond Otto, anthropologue et animateur de l’atelier, « l’humain, pierre angulaire d’un développement touristique durable », il faut d’abord s’interroger sur l’identité d’un territoire, sur l’imaginaire collectif de ses habitants avant de réfléchir développement touristique.

DSC 0639

Autre piste de réflexion, le partenariat public-privé comme moteur d’un territoire. Vincent Derussy, chargé d’opérations à la SEMSAMAR, le conçoit comme prépondérant pour le développement touristique.

DSC 0652

Autre facteur important de cette coopération territoriale, l’implication du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT). Selon Patrick Grave, Directeur de développement économique de la CANGT, c’est une chance d’impliquer l’agent territorial dans le processus de développement du Nord Grande-Terre.

DSC 0653

Trois mois après l’incendie qui a ravagé la tour sud du CHU de Pointe-à-Pitre, la direction a choisi de tenir une conférence de presse afin de faire le point sur la situation et ainsi mettre fin à ce qu’ils estiment être des rumeurs.

Cinq mois après le passage de Maria, la Communauté d’Agglomération Grand Sud Caraïbe (CAGSC) a organisé une réunion, le 8 février 2018, avec les usagers de la piscine et du stade de Rivière des Pères, afin de faire un point sur le diagnostic ainsi que sur les travaux à mener.

Redynamiser l’économie, créer des emplois pérennes
Le foncier doit revenir aux collectivités locales, c’est une exigence absolue : les besoins étant urgents (logement,agriculture, constructions publiques…). Accélérer le transfert des terres appartenant de l’Etat aux collectivités locales, réformer l’EPAG pour une meilleure prise en compte des Associations agréées dans le domaine foncier.

Cette élection n’est pas une élection ordinaire. En décembre, vous n’allez pas simplement choisir celui ou celle qui portera la responsabilité de la Région Réunion pendant 6 ans. Nous avons tous, cette fois, rendez-vous avec notre destin. Nous sommes arrivés au bout d’un modèle essoufflé.

Je vous propose depuis 2010 de construire avec nous cette Nouvelle Société Réunionnaise, une société de la réussite et de l’excellence, une nouvelle société où chacun aura fini par trouver sa place, une nouvelle société apaisée, tolérante, responsable, une société de dignité pour chaque Réunionnaise et pour chaque Réunionnais.

Page 1 sur 31

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

La femme Niiuka

Publié le: septembre 03, 2018

Cannibaliser le monde

Publié le: septembre 03, 2018

Les + lus

Rechercher