Politique

mardi, 05 juin 2018 21:36

Les Outre-mer devraient enfin avoir un programme Erasmus

Les Outre-mer devraient enfin avoir un programme Erasmus © Assemblée Nationale

Le 25 mai dernier, en Commission des Affaires Sociales, la ministre du travail, Muriel Pénicaud a donné son aval pour la mise en place d’un « Erasmus ultramarin » durant une période d’expérimentation de 3 ans.

L’attente fut longue, trop longue pour certains qui avait même laissé tomber l’idée de voir appliquer l’équivalent du programme Erasmus dans les bassins régionaux propres à chaque Outre-mer. Aujourd’hui, cela semble presque acté grâce au travail d’une quinzaine de députés des Outre-mer. C’était la première fois que la délégation Outre-mer s’est saisie d’un projet de loi et l’avancée ne s’est pas fait attendre. Le 25 mai dernier, lors de l’examen de loi « Avenir Professionnel » en Commission des Affaires Sociales, Hélène Vainqueur-Christophe, députée de la 4e circonscription de la Guadeloupe, s’est fait le héraut d’un amendement visant à favoriser l’échange et l’insertion sociale dans les pays voisins ; au sens de la loi du 5 décembre 2016.

La délégation Outre-mer a basé cette réflexion sur le rapport remis le 19 janvier dernier à la ministre du Travail par Jean Arthuis. Ce rapport préconise d’expérimenter, pour l’apprentissage, les mobilités dans des pays du même bassin océanique en Outre-Mer. Par conséquent, la délégation Outre-mer a fait la demande par la voix d’Hélène Vainqueur-Christophe de la mise en place d’une expérimentation de 3 ans afin de permettre aux jeunes de se confronter au monde qui les entoure.

Oui, mais…

L’amendement porté sur l’article 8 du projet de loi relatif à la réforme de la formation et de l’apprentissage a été adopté à l’unanimité par la commission, cependant la ministre du Travail a précisé qu’il serait plus opportun de faire passer le texte directement par ordonnance. Puis, Murielle Pénicaud a également émis des réserves sur l’application juridique d’un tel programme entre les différents pays.

Sur le papier, c’est donc décidé, désormais la jeunesse ultramarine va pouvoir découvrir et s’ouvrir au monde qui l’entoure, si le cadre de la loi lui permet, bien entendu. Dans tous les cas, cette ouverture aux bassins régionaux est une plus grande innovation que celle actée en 2015 et qui permettait une meilleure prise en charge des ultramarins dans le programme Erasmus, qui emmène la jeunesse encore et toujours vers l’Europe.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

La femme Niiuka

Publié le: septembre 03, 2018

Cannibaliser le monde

Publié le: septembre 03, 2018

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher