Le vendredi 18 mai au carrefour Beausoleil des Abymes a eu lieu le lancement des travaux de renouvellement de 17 km de réseau d’eau potable dans les Grands-Fonds Abymes. C’est une étape supplémentaire qui est franchie depuis le transfert du service d’eau potable des Grands-Fonds à Cap Excellence, et la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour renforcement et renouvellement de 17 km de réseau, décidé plus tôt par le Conseil Communautaire.

Cette opération est une des priorités du programme de travaux du plan d’urgence d’eau potable. Cela permettra de réduire les fuites et de gagner 530 000 mètres cube par an. « Une grande partie des réseaux d’eau potable des Grands-Fonds restent fuyards, le rendement de réseaux atteint à peine 50% : ce qui signifie que la moitié du volume d’eau acheté n’arrive pas au robinet des abonnés. L’absence de stockage n’offre aucune autonomie en cas d’intervention » détaille Eric Jalton, le Président de Cap'Excellence. Au total, ce sont 1200 clients qui sont concernés par ces travaux qui vont durer 11 mois.

Avec ces travaux, il y aura donc un impact attendu sur les tours d’eau qui doivent disparaître « d’ici 2020 » selon le Maire des Abymes. Ce dernier va même jusqu’à annoncer « qu’il n’y aura plus de polémiques sur l’eau à l’avenir, et nous en aurons pour 7 ans de travaux dont deux programmées dans le plan d’urgence de 71 millions d’euros. » Le Président de Cap Excellence, Eric Jalton, s’est montré très enthousiaste à propos des travaux prévus l’an prochain et qui devrait sonner la fin du plan d’urgence. Les chantiers sont denses. Ils comprennent le maillage du réservoir de Perrin et du réservoir de Boisvin, la mise en place d’un réservoir dans les Grands Fonds Abymes et la poursuite du réseau d’eau potable de Baie-Mahault. Un programme qui lui a permis de conclure : « Nous sommes dans l’action, dans le faire. »

Toutefois, ces 17 km de réseau à rénover représentent le plus gros chantier du plan d’urgence de 71 millions d’euros actés par les présidents d’EPCI en février dernier. Concernant le territoire de Cap Excellence, d’autres chantiers de ce plan d’urgence sont déjà en cours tels que la réhabilitation du réservoir de Budan à Baie-Mahault. Engagé sur tous les chantiers de l’eau, l’Office de l’Eau était présent au carrefour de Beausoleil. Rattaché au Département, il offre son expertise technique sur ce type de travaux. Par ailleurs, comme l’a rappelé Marcel Sigiscar, le président délégué de l’Office de l’Eau , « notre objectif est de rétablir la confiance entre l’usager et les élus en charge de la problématique de l’eau. »

Publié dans Société

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et le secrétaire d’État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, étaient en visite ministérielle en Guadeloupe en ce début mars 2018. Ils ont présidé une réunion sur la crise de l’eau sur le territoire. A cette occasion, les ministres ont reçu les élus de l’archipel (parlementaires, présidents d’agglomérations, maires, etc.) ainsi que des représentant d’usagers. Tous ont accueilli volontiers l’aide de l’État dans ce dossier (lire notre article). Cependant, difficiles pour certains d’enfouir de vieilles querelles.

Publié dans Politique

Le secrétaire d’Etat à la Transition écologique et la Ministre des Outre-mer sont arrivés au début du mois de mars 208 sur les terres guadeloupéennes pour annoncer des mesures concrètes pour sortir de la crise de l’eau. Voulant “forcer” les choses (lire notre article), ils se sont heurtés à l’ancienne Ministre.

Publié dans Politique

De visite en Guadeloupe, la Ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et le secrétaire d’État à la transition écologique, Sébastien Lecornu, ont présidé une réunion sur l’eau le 3 mars 2018, en Préfecture de Basse-Terre. Etaient présents les élus (parlementaires, présidents d’agglomération, maires, etc.) ainsi que des représentants des usagers de l’eau. Plusieurs mesures ont été annoncées par le gouvernement.

Publié dans Politique
mercredi, 27 février 2013 17:42

L’eau, une valeur sacrée

A Mayotte, la gérer relève autant du défi économique que culturel.

Mayotte comme toutes les îles volcaniques dispose d’un accès limité à l’eau. Dans le temps longtemps, le puits était l’eau que l’on buvait, et la rivière l’eau que l’on utilisait pour les activités domestiques ou sacrées.
La départementalisation qui porte l’obligation de l’accès à l’eau potable pour tous,  la modernisation, l’explosion démographique changent la donne. Il faut plus d’eau et il faut la protéger. Même si Mayotte est la moins gourmande des Pays et territoires d’Outre-mer : de 100 à 110 litres par jour et par habitant, contre 140 en Guyane, 180 aux Antilles et 200 à la Réunion , elle a déjà vécu la pénurie de 1997 ou la sécheresse de 2010 qui a failli tourner à l’émeute.

Publié dans Dossier Mayotte

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Sargasses Express Tour

Publié le: juin 14, 2018

Let's go Willy !

Publié le: juin 07, 2018

Les + lus

Rechercher