Société

lundi, 19 février 2018 12:58

Basse-Terre : la piscine et le stade de Rivière des Pères rouvriront bientôt

Lucette Michaux-Chevry présentant la localisation de la future piscine Lucette Michaux-Chevry présentant la localisation de la future piscine

Cinq mois après le passage de Maria, la Communauté d’Agglomération Grand Sud Caraïbe (CAGSC) a organisé une réunion, le 8 février 2018, avec les usagers de la piscine et du stade de Rivière des Pères, afin de faire un point sur le diagnostic ainsi que sur les travaux à mener.

Le 19 septembre dernier, au lendemain du passage de l’ouragan Maria, la Basse-Terre s’est réveillée abasourdie face à l’ampleur des dégâts qu’elle constate. Très vite, les agents de la Communauté d’Agglomération Grand Sud Caraïbes ont dû mener un premier diagnostic sur les infrastructures. Leur conclusion a révélé deux équipements en grande difficulté : la piscine (dont les dysfonctionnements se sont alourdis) et la tribune du stade de Rivières-des-Pères.

Pour rappel, la piscine intercommunale, le plus grand bassin de la Guadeloupe, n’était plus fonctionnelle depuis le mois d’août. Mais la force des éléments a sérieusement aggravé les dysfonctionnements, de telle manière, que le bassin ne retient plus l’eau. Durant cette réunion, les experts ont fait état d’un trou situé au fond de la piscine, près du local technique d’où s’échappent 23 mètres cubes d’eau par jour. Par ailleurs trois carottages ont révélé de fines fissures au fond du bassin. Pour l’heure, cette structure ne peut toujours pas être mise à la disposition des clubs et associations puisque les garanties de sécurité ne sont pas assurées. La présidente de la CAGSC, Lucette Michaux-Chevry, a assuré concernant la piscine, qu’elle serait viable dans deux mois car au vu du rapport des experts. Pour ne pas impacter plus longtemps l’entraînement des athlètes du sud Basse-Terre, un projet de piscine en mer a été évoqué par la présidente. Pendant ce temps, la construction d’une nouvelle piscine passera en procédure simplifiée, c’est-à-dire sans appel d’offre.

Du côté du Stade de Rivière des Pères, la toiture de la tribune principale a subi de gros dégâts sous l’effet de la force du vent. Là encore, Lucette Michaux-Chevry a annoncé que la réouverture de la structure ne pourra se faire avant deux mois. Décision qui n’a pas satisfait les présidents de clubs présents. Quoi qu’il en soit un arrêté qui interdit l’accès à la tribune principale a été émis. En revanche, le terrain restera à la disposition des clubs, leur permettant ainsi de jouer leur compétition à domicile.

Un autre problème a été soulevé par les représentants de clubs, le « loyer » demandé par les communes qui prêtent leurs stades aux équipes de Basse-Terre. Le président du club de football de Saint-Claude a annoncé une somme pouvant aller jusqu’à 300 euros pour un match joué à Capesterre Belle-Eau. La présidente s’en est émue et a annoncé appeler la ville de Capesterre dès le lendemain “pour leur dire d’arrêter. ”

En fin de réunion, un représentant du Cygne Noir de Baillif a également interpellé la présidente sur le Hall des sports de Basse-Terre qui n’est plus utilisable. Il aimerait voir revenir les Play-offs de Basket à Basse-Terre et éviter que tout se passe à Paul Chonchon à Pointe-à-Pitre.

VERBATIM

Juliette Huyghues-Beaufond présidente de Racing Club de Basse-Terre.

« Nous sommes vraiment presque satisfaits d’entendre que les travaux de la piscine vont commencer.  Je suis satisfaite, car toutes les questions que nous nous sommes posées depuis la fermeture de la piscine, ont trouvé aujourd’hui une réponse. Notamment la localisation de la faille. Car on ne savait pas d’où l’eau sortait. Il ne faut pas être trop pressé pour les travaux. Je suis un petit club, j’avais à peu près 250 licenciés, mais je suis axée sur la compétition. J’avais une trentaine de nageurs de compétition. Sur les trente, il ne m’en reste que deux. Et là je tire mon chapeau aux parents. Car les enfants montent à Pointe à Pitre trois fois par semaine pour pouvoir s’entrainer, avec le pôle qui se trouve au CREPS. Et ça paye, puisqu’ils se sont qualifiés pour les Carifta Games qui auront lieu en Jamaïque durant les vacances de Pâques. »

Thierry Saint-Clément, président du Racing Club de Basse-Terre

« C’est très compliqué. On se débrouille comme on peut. On joue tous nos matchs, notamment en jeune, sur les terrains annexes. On peut aller à Baillif, on peut aller à Bouillante, on peut jouer à Capesterre, on va là où les terrains sont disponibles. Vous comprenez bien que pour les jeunes il faut mettre en place des bus pour le transport qui ajoute un coût financier que nous subissons de plein fouet. Pour l’équipe sénior c’est pareil, on ne s’organise pas, on nous impose et trouve les moyens de faire. J’ai interpellé la Présidente, car dans deux mois le championnat sera quasiment terminé. On nous a promis qu’à la fin février la structure de Rivière-Des-Pères sera sécurisée et que l’ouverture du stade suivra. Ce sera bénéfique au moins pour les catégories jeunes pour éviter les longs déplacements. Mais pour le moment, nous trouvons le temps long. »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher