C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron : 200 000 billets aidés par an pour les ultramarins de l’Hexagone désireux de rentrer voir leur famille. C’est trop peu pour le collectif France Transport Équité qui a lancé une pétition il y a trois mois afin d’obtenir de la part du gouvernement, un encadrement des prix sur les billets d’avion pour les ultramarins (un million résidant sur le territoire Hexagonal). Le combat n’est pas nouveau, déjà en 2007, Patrick Karam avait réussi à faire signer une charte aux compagnies aériennes afin de proposer 15% des billets vers les DOM aux prix les plus bas de leur grille tarifaire. « Aujourd’hui, malgré les efforts qui ont été consentis, les prix restent encore trop élevés » annonce Maureen, qui est à l’initiative de la pétition. « Il faut reprendre le combat. Dans l’idée de Frantz Fanon, à chaque génération ses acteurs. C’est pour cela que nous parlons d’équité et non d’égalité car il faut rendre effective la continuité territoriale, c’est-à-dire au plus éloigné, le plus d’aide. Il faudrait être sur le même plan que les Corses. Ils payent 70% du billet et le tarif est appliqué dès l'achat. Ce sont des mesures très intéressantes qui devraient être aussi appliquées aux ultramarins français avec les mêmes transparences et les mêmes facilités d'usage » C’est pour cela que le collectif pense pour toute l’Outre-mer et demande que le prix des billets soient encadrés par l’État dans les deux sens, aller et retour.

Résumé des actions menées pour l’application concrète de la continuité territoriale par Laurence Théatin, journaliste à la 1ère :

Sur le plan des avancées sur le sujet également, en 2013, toujours à l’initiative de Patrick Karam, à l’époque élu régional d’Ile de France, un dispositif est mis en place pour les ultramarins franciliens qui doivent rentrer voir leurs familles en cas de deuil. Cependant, l’aide se fait sous certaines conditions de revenus (moins de 13722 euros annuels pour un couple avec enfant, et 20 161 euros pour une personne seule). Cette mesure francilienne a été reprise dans la loi Égalité Réelle Outre-mer portée par le gouvernement Hollande en 2016. « On trouve cette loi très opaque », concède Maureen, « aujourd’hui il faut toujours avancer les fonds et justifier très rapidement sa démarche et ça décourage trop de gens. De plus, on entend trop souvent autour de nous, des ultramarins qui ont laissé tomber et qui n’ont pas vu leurs familles depuis cinq voire dix ans. » Maureen renchérit « Oui, Emmanuel Macron a annoncé 200 000 billets d’avion aidés mais quand ? sous quelle forme, sous quelles conditions ? Et que dit-on aux autres ? Pour une fois on aimerait que le gouvernement nous fasse sentir que nous sommes des Français comme les autres.» 

"Tous les combats doivent être menés, il n'y a jamais de combat de trop"

Interrogé par Outremerlemag sur le sujet, Patrick Karam partage la vision de Maureen sur la promesse de campagne d’Emmanuel Macron. « Les 200 000 billets aidés, à quel prix ? Sous quelles conditions ? J'avais initié quelque chose de similaire à l’époque avec "les billets Karam". Mais ce qui m'importe, c’est que cela rentre dans l’obligation de service publique. Il ne faut surtout pas indemniser les compagnies aériennes. Il faut leur imposer les billets Karam qui impliquent des prix bas sans indemnisation. Il faut que les règles du jeu soient fixées. Aujourd’hui, il y a un besoin d’information sur ce sujet et cela peut passer par un bilan annuel avec les compagnies sur la fixation des prix. L’activité de ces compagnies est cyclique, il faut qu’elles apprennent à réguler leur prix. C’est bien que la société civile se mobilise mais il faut que ce soit porté par une force politique. En 2003, nous avions mené des actions coups de poing, avec des manifestations et des opérations escargots. Mais nous avions aussi une expertise avec des études de marchés afin d’avoir des arguments à présenter aux compagnies et commencer un travail de fond sur le problème. Si jamais le CREFOM prend parti dans cette affaire, en ma qualité de président d'honneur, j’en serai ravi. Mais le prix des billets n’est qu’une partie du problème. Le combat des ultramarins, c’est l’égalité réelle. Et à ce titre, la loi qui en porte le nom est totalement imparfaite. Il s’agit d’une série de mesures qui ne vont pas changer le problème. Ce n’est pas « le grand soir » que l’on attendait, car il faut des obligations et surtout des sanctions. La question c’est : Comment, en une génération, allons-nous faire pour aligner l’Outre-mer à l’Hexagone ? »

De son côté le collectif appelle chaque département et territoire (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Polynésie et Saint-Pierre et Miquelon) à se joindre à la cause pour parler d'une seule et même voix.

Affiche de la pétition de France Transport Équité

equite

 

 

Publié dans Economie
mercredi, 31 janvier 2018 18:46

Chlordécone : faire bouger les choses

« En hommage aux victimes passées, actuelles et futures de la chlordécone ». Voici le sous-texte de la pétition Je suis chlordéconé-e lancée le 13 janvier 2017 en Martinique par deux étudiants en agriculture afin d’alerter la population et les pouvoirs publics sur le danger que représente cet insecticide. Depuis les choses semblent bouger quelque peu.

Publié dans Environnement
jeudi, 19 février 2015 08:34

Pétition pour un label Guyanais

SAUVEGARDONS NOTRE PATRIMOINE CULTUREL
SOUTENONS KOKOLAMPOE

Parce qu'en Guyane, nous avons nous aussi le droit à la culture accessible à tous pour un mieux vivre ensemble et un développement du territoire

La Guyane, terre des Arts et de la Culture : nourrissons-la !

Publié dans Culture

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Sargasses Express Tour

Publié le: juin 14, 2018

Let's go Willy !

Publié le: juin 07, 2018

Les + lus

Rechercher