jeudi, 25 octobre 2018 13:46

Un rhum made in Saint-Malo se marie aux senteurs de la Guadeloupe

Lucas (à gauche) et Olivier (à droite), les deux fondateurs de la marque Malorhum, présentent leur dernière création, le rhum arrangé au homard. Lucas (à gauche) et Olivier (à droite), les deux fondateurs de la marque Malorhum, présentent leur dernière création, le rhum arrangé au homard.

Les animations autour de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe sont enfin lancées. La Cité corsaire, a accueilli les visiteurs pour le premier jour des festivités. Outre les bateaux et leurs skippers qui ont attiré les badauds, le village du Quai de Saint-Malo, dominé par le Pavillon des îles de la Guadeloupe, connaît déjà le succès.  D’un stand à l’autre,  celui de Lucas et Olivier retient toutes les attentions. Leur rhum fabriqué à Saint-Malo fait sensation.

Le 24 octobre 2018 a marqué l’ouverture des festivités de la 11e Route du Rhum. Il est 14 heures locales, et déjà les visiteurs, venus en nombre, peuvent admirer les bateaux des participants. Quelques emplacements attendent encore leur skipper, mais cela ne gâche pas le plaisir des passionnées ou amateurs de voiliers.

Sur les bords, du bassin Dugay-Trouin en plein cœur de la baie de Saint-Malo, zone d’attache des multi 50, la foule est impressionnante. Difficile de se frayer un chemin. Juste en face des quais, à 50 mètres, se trouve le village de la Route du Rhum, dont le Pavillon des îles de Guadeloupe, qui s’étale sur la moitié du bâtiment. C’est ici que la Région Guadeloupe a pris ses aises afin de mettre en valeur l’archipel et ses productions.

DSC 0496

La curiosité du village

La porte d’entrée franchie, l’odeur des épices chatouille les narines. Outre les traditionnels stands de mets guadeloupéens, le rhum tient bien évidemment une grande place. Tout au bout du Pavillon des îles de Guadeloupe, juste avant d’arriver à d’autres exposants, non-guadeloupéens, se tient le stand de la maison Longueteau. Et c’est une fois sorti de chez le rhumier, que se trouve la plus grande curiosité du village, celui du rhum fabriqué à Saint-Malo.

Lancée à la fin de l’année 2016 par Olivier et Lucas, deux Malouins passionnés de rhum arrangés, MaloRhum est une gamme de rhum cuisiné. « Contrairement aux arrangements traditionnels, nous passons les deux tiers de notre temps dans une cuisine », explique Olivier, avant de détailler. « Tous nos produits, sauf le rhum agricole, passe par la cuisson. Nous allons jouer avec des fruits bien entendu, des légumes, des infusions, des épices, du café du cacao ». La prise de risque est maximale pour les deux cuisiniers puisqu’ils n’hésitent pas à élaborer des mélanges saugrenus comme hibiscus-lavande, ou poivrons-ail-épices. Ils ont même poussé l’expérience encore plus loin.

Un rhum arrangé au homard

Olivier et Lucas ont élaboré une nouvelle recette spécialement pour la Route du Rhum, une recette unissant la ville de Saint-Malo et l’archipel de la Guadeloupe : un rhum arrangé au homard bleu de Saint-Malo.

« Le rhum au homard, c’est tout sauf une blague », assure Olivier, sourire en coin. « L’élaboration de la recette nous a pris environ deux ans, donc cela signifie que nous avons fait énormément d’essais. Nous savions que c’était possible mais nous ne voulions surtout pas dénaturer le rhum ou casser l’arôme du homard. Aujourd’hui c’est une réussite, embouteillée à une centaine d’exemplaires. »

Et aux dires des deux Malouins, des Guadeloupéens, présents à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, auraient déjà commandé leur bouteille.

Un partenariat avec Longueteau

Tous ces ingrédients ne seraient rien sans un rhum de qualité. Et c’est la maison Longueteau qui a été choisie pour toutes les bouteilles de la gamme MaloRhum, présentée sur le comptoir. « C’est la première rhumerie que nous avons appelée pour présenter le projet et ils nous ont dit oui, sans hésiter », se souvient Olivier.

Il explique les raisons pour lesquelles le choix s’est porté sur ce rhum-là. « Il a notre préférence car il ne vient jamais perturber la note aromatique que nous voulons créer, et cela peu importe le mélange ».

Bonne dégustation ! L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

DSC 0507

LA PHRASE : 

« Ma première réaction a été de me dire : qui sont ces timbrés ! Puis le rapport humain a fait que ça a matché (sic). Bien entendu, nous sommes fiers que la maison Longueteau soit associée à cette démarche qui sort des sentiers battus ».

François Longueteau, maître de chai à la maison Longueteau

ZOOM : 

Olivier, maître rhumier depuis l’adolescence ?

Olivier peut se considérer comme un maître rhumier, car il « arrange » depuis l’âge de 16 ans. « J’ai commencé par un mélange fraise menthe de mon jardin, associés à un rhum Clément ou Trois-Rivières ». Il avoue ne plus s’en souvenir vraiment, avant d’expliquer le lien entre la cité corsaire et le rhum. « Il n’y pas si longtemps de cela, tous les Malouins avaient des bouteilles de rhums arrangés chez eux. On en trouvait partout dans les bars ou les restaurants. Donc toutes les personnes de ma génération ont grandi dans cette tradition. Saint-Malo baigne dans le Rhum depuis toujours. Par conséquent, pas besoin de voyage pour être plongé dans le rhum dès le plus jeune âge ».

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Les + lus

Rechercher