Femmes
d'Outre-Mer

samedi, 22 février 2014 12:54

Couleur ébène : JahJah Rose. Un nom qui résonne comme une prière

Écrit par Annick Dodien Vancouvert
Évaluer cet élément
(0 Votes)

JahJah Rose. Une sorte « d’allellujah » qui avoue qu’elle est une fille : une rose. Voilà le point de départ de son parcours.

Jahjah Rose s’appelle Mathilde Concy. Elle est née à Fort-de-France. Métisse afro-antillaise, elle est fière de ses racines antillaises et de sa culture créole, la part zaïroise étant peu présente dans son éducation. Elle a très tôt un goût marqué pour la musique. Son ambition a donné à Mathilde l’envie de se lancer dans un métier artistique dans lequel elle puisse pleinement s’exprimer.



Quand on a le rythme dans la peau, on commence par se tourner vers la musique et la danse. C’est ce qu’elle fait dans son île natale, par quelques tournages de clip, dans lesquels elle se fait remarquer. Suivent quelques invitations à des émissions télévisées. C’est à ce moment précis que, sous le nom de JahJah Rose, elle organise des soirées musicales avec un ami, puis travaille pour un important label de musique africaine.



Ses débuts et son origine caribéenne la dirigent naturellement vers un moyen d’expression : la radio. Dès l’âge de 15 ans, elle anime sa propre émission sur Radio FM Mizik : le Chaud de JahJah Rose. Son but est de partager son goût pour les musiques du monde et d’inviter les artistes pour  un partage musical. Sa voix grave et son timbre empli de soleil lui offrent plusieurs opportunités.

Elle envisage depuis longtemps de se lancer dans la mode, les défilés et les séances de prise de vues. Dès 2012, son pas léger foule plusieurs podiums, et, en 2013, elle pose pour plusieurs magazines comme Miss Ebene, Amina, Brune, Roots, Miss Black Mag, représentant la femme d’affaires habillée par une grande marque, ou une fille tendance qui se crée sa propre garde-robe, ou encore le mannequin lors d’un fashion show.


Puis c’est au tour des écrans de cinéma de l’accueillir comme actrice de complément aux côtés de Gérard Depardieu et Tim Roth. Rien d’étonnant non plus que vous la croisiez au milieu des personnalités lors de spectacles et de gala de bienfaisance, hôtesse sur les salons professionnels ou lors de grands événements, et même sur scène en tant que présentatrice !

Elle mène en parallèle ses études en communication et ses cours de comédie, et une vocation dans laquelle le sport a aussi sa place, du basket à l’athlétisme. Elle est un nouveau visage qui cache de nombreux potentiels. Son teint est couleur ébène, un bois qui est aussi dense que son cœur. Et dans ce bois, la nature a taillé les meilleurs morceaux pour en faire cette précieuse silhouette et ce sourire jaillissant du creux de ses fossettes.



Jahjah, parmi vos moult activités, laquelle affectionnez–vous le plus ?

Mon activité d’animatrice radio. J’ai mon émission sur Radio FM Mizik. C’est par là que j’ai commencé. Depuis toujours je voulais faire de la radio. J’ai débuté à 15 ans. Et par la radio, je peux justement partager mes passions pour la mode, le mannequinat, le cinéma et la musique. Je reçois des invités, pas seulement des artistes, qui viennent parler de ce qu’ils font.

Vous présentez quelques couvertures de magazines. Est-ce une démarche personnelle, ou avez - vous été repérée pour votre beauté rayonnante ?

A chaque parution, on m’a proposé. On m’a contacté pour paraître dans ces magazines. Je n’ai rien demandé. Ce sont les magazines qui choisissent les mannequins qu’ils veulent voir dans leurs pages. C’est la même chose pour la radio ou les tournages. Au fil des rencontres, on parle. En t’écoutant, les autres ont des idées ou bien l’envie de travailler avec toi. Je ne cherche jamais à me faire remarquer. Je pense que si l’on se démarque, il faut que ce soit naturel.

Que souhaitez –vous  aux lecteurs d’ici et d’ailleurs pour l’année 2014 ?

La paix, dans le monde entier. Que les gens communiquent plus entre eux, pour éviter la violence. Qu’ils se respectent, pour ne jamais perdre l’espoir et avoir confiance en eux. Il faut vivre toutes les expériences, sans jamais reculer. Il faut se dire que derrière un échec, se cache une victoire. On n’a pas besoin de faire la guerre et de tuer, pour y arriver

Avez-vous  un remerciement particulier à envoyer ?

Oui, à toutes les personnes qui me soutiennent depuis le début et qui ont cru en moi. Grâce à elles, j’ai beaucoup appris et avancé. Elles me suivent de près ou de loin, un peu partout. Je ne cite pas de nom, parce que ce serait long et je risque d’oublier certains qui ont eu leur importance. Tous les gens qui sont dans mon entourage jouent un rôle. Ils me motivent, me poussent, me boostent, me donnent la force.

Le mot de la fin !!!!!!!!

Merci pour cette interview. J’apprécie beaucoup ta démarche. Tu m’as proposé de m’exprimer. Je t’en remercie.



Crédits  Photos Jean-Luc Clemessy, Rodrigue Laventure et Marc Hervouet.

Lu 6506 fois

Partenaires

CANGT NORD GRANDE TERRE
CAP EXCELLENCE

Derniers articles

Les + lus

Rejoignez-nous sur Facebook

Recevez les actus par email

Recevez par mail les dernières infos publiées sur OUTREMER LE MAG'

Rechercher